Un rien t'a réveillé

Je t'espérais à jamais oublié

Perdu et anesthésié

T'es là pour me foudroyer

 

Tu m'engloutis dans ton Brouillard

Comme perdue dans une aérogare

Je rampe dans ton monde blafard

Me réfugier dans ton cauchemar

 

Je fonce dans mes murs

Rouvre une à une mes blessures

En prends plein la figure

Et mon cœur à nouveau se fissure

 

Les cris de mon désarroi

Entendus que par moi

Parlent en silence parfois

Et m'envahissent de froid

 

Devant mon écran je m'efforce

De les faire sortir de force

Mes maux privés de leur écorce

Par mes mots se désamorcent

 

Avec ma réalité crue je joue

Je la façonne bout à bout

Lui donne un sens surtout

Puis accuse le coup

 

L'écriture me délivre

Le morose de joie s'enivre

Le rose se dégivre

Je peux alors survivre.