Page 57 :

- (...) L'histoire des livres, vous comprenez. La manière dont ils vivent, les gens qu'ils touchent. Chaque livre est un portrait et il a au moins deux visages.
- Deux...
- Oui. Le visage de celui- de celle, dans votre cas- qui le donne. Le visage de celle ou de celui qui le reçoit. 

Page 72 :

Juliette assistait, passive, à l'envahissement progressif de son espace, ne résistait pas, déplaçait seulement quelques volumes vers le tiroir de son bureau quand elle trébuchait par trois fois sur le même, tombé de sa pile ou de son étagère, ce qui signifiait, selon elle, que le livre voulait la quitter, ou du moins qu'il avait pris l'appartement en grippe.

Page 142 :

Une bouffée de vent vif s'engouffra dans la pièce, et une giclée de flammes bondit et bleuit sur les braises.

- Le vent dit-elle, le vent...Sortez d'ici Juliette, allez respirer. Allez l'écouter. Vous êtes trop longtemps restée enfermée avec des livres. Comme lui. Les livres et les gens ont besoin de voyager.