Art du Contretemps

01 septembre 2017

Dans le roman : Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos

A la page 36  "Quand nous enterrons les moments de bonheur, nous renonçons au meilleur de nous-mêmes. Il y a beaucoup de choses qu’on peut jeter par-dessus bord, mais pas ces moments-là." et plus loin page 74 : " Tout être humain est poète par nature. Le problème, c'est que la plupart des gens l'ont oublié."

Posté par toumoi à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 août 2017

Dans le roman Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse

Page 186, ligne numéro 10 :

"Vivre avec toi c'est vivre d'autres vies."

Et page 150, ligne 22 :

"C'est un long travail avant d'arriver à trouver les vêtements qui vont correspondre au corps qui nous a été donné, avec son grain de peau, sa silhouette. On pense que le style est inné alors que cela met bien souvent des années avant de trouver la coupe, la couleur qui vous sied vraiment, les matières parfaites."

Posté par toumoi à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2015

Défi burlesque

Pour ce nouveau défi numéro 149  des Croqueurs de Mots,  Lilousoleil nous propose de  concocter un texte de notre choix avec les mots suivants :

1. un nom d’oiseau : mésange
2. un nom de président de la Vème république : Pompidou
3. une position du kama-sutra : Andromaque au galop, la pieuvre
4. une injure : salaud
5. le nom latin d’une plante : Aloysia triphylla, citriodora
6. l’intitulé en italien d’une recette de pâtes : pâtes à la carbonara
7. un Etat parmi les cinquante que comptent les Etats-Unis : Louisiane
8. un titre de roman d’Agatha Christie : l’homme au complet marron
9. un instrument de musique : trompette
10.  prénoms démodés : Eulalie et Clitandre

* * * * * * * *


Un reportage sur ces femmes qui écrivent à des prisonniers lui mit la puce à l'oreille.

Pourquoi pas moi ? pensa-t-elle. Je suis un peu comme eux, cloîtrée entre 4 murs. Clouée sur mon lit sans pouvoir bouger pour un temps indéfini, j'en suis arrivée à envier la mésange qui virevolte sur le rebord de ma fenêtre.

Alors, au fil des jours, cette idée devint une obsession.

Elle pesa le pour et le contre et le pour l'emporta haut la main. Elle se choisit Louisiane comme pseudo sur le site.

Dès son inscription ,elle reçu une réponse intitulée Premier mail et dans celui ci elle put lire : Ceci est le premier mail que je vous écris.

Elle trouva ça étrange et ne répondit pas. Cela ne l’empêcha pas de recevoir un jour plus tard un mail intitulé deuxième mail. Elle s'attendait à lire : Ceci est le deuxième mail que je vous écris mais non ! Son correspondant lui écrivait qu'il adorait manger des pâtes à la carbonara en écoutant un cd de trompette. Super ! se dit-elle en voilà de l'originalité mais dans  le troisième mail  avec évidemment, pour entête troisième mail, la question : Veux tu faire Andromaque au galop, la pieuvre avec moi ? la découragea. Elle n'avait que faire d'un salaud qui passait aussi rapidement du vous au tu.

Elle reçut alors un courriel d'un autre incarcéré qui voulait qu'elle l'appelle L'homme au complet marron .

Ca parait assez loufoque mais ça doit être de l'humour. Pensa-t-elle.

Et de fil en aiguille , de mail en mail , elle le trouva chaque jour plus passionnant. Il avait la faculté de s'évader de son univers carcéral par l'imagination. Ensemble ils essayèrent la télépathie mais elle n'était pas aussi douée que lui. Les mois passèrent. Petit à petit l'amour s'installa entre eux .

A force de chercher sur le net, elle lut qu'un certain professeur Pompidou qui travaillait sur l'Aloysia triphylla citriodora avait réussi à extraire un principe actif qui avait le pouvoir, de vous téléporter instantanément pour 2 heures dans un endroit voulu. C'était exactement ce qu'il lui fallait.

Elle commanda un bon stock de ces gélules miraculeuses et cela marcha si bien que 9 mois plus tard elle mit au monde Eulalie et Clitandre. Elle n'osa pas donner de gélules à ses jumeaux alors ils ne rencontrèrent leur père que 21 ans plus tard à sa sortie de prison.

Enfin libre, ne sachant que faire, l'ex prisonnier voua un culte à l'Aloysia triphylla citriodora qu'il planta partout et boutura encore et encore. Ne sachant qu'en faire, il la vendit sous forme de tisanes.

Mais comme il en avait beaucoup trop, il devint l'unique fournisseur d'Aloysia triphylla citriodora pour les gélules de téléportation et aussi l'associé de Pompidou. Ensemble, ils découvrirent bien d'autres vertues insoupçonnées mais encore secrètes  à cette plante pourtant si commune. Pensez y quand vous buvez  une tasse de verveine citronnée et surtout n'en abusez pas. On ne sait jamais ce qui pourrait vous arriver !

Posté par toumoi à 08:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

26 août 2015

Haïkus - photos de chats -

P1010840Visiteur du soir
Se laisse enfin toucher
Chat-blanc surnommé.

P1010879Dès potron-minet
Squatteur de chaise longue
Le chat gris souris

P1010874Oh mon Tarzinou
Ton beau sourire tu sais
Câline mon cœur .

Posté par toumoi à 09:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

13 août 2015

Face à l'Atlantique

Pour Les Croqueurs de Mots avec Enriqueta à la barre n°148 et le défi Océan !

 

 Je fixais l'océan

Et son air apaisant

Il ronflait par moment

Accompagné du vent

 

L'écume gribouillait

Sur le sable mouillé

J'y découvris son visage

Comme un heureux présage

 

Les vagues déferlaient

En un ronronnement Léger

Il me paru si loin l'hiver

Et sa météo bien austère

 

Je ne sais si c'est le vent

Qui repoussa mes tourments

Ou le mouvement des flots

Qui fit s'enfuir l'étau

 

Mais je me sentis zen

Libérée de mes chaînes.

Posté par toumoi à 13:04 - Commentaires [12] - Permalien [#]


06 avril 2015

Dans le monde à l'envers. Défi numéro 142 des Croqueurs de mots

Lenaig  nous propose comme thème pour ce nouveau défi des Croqueurs de mots au choix entre Une étrangère atmosphère ou Le monde à l'envers. Mon choix a été vite fait... 

Dans le monde à l'envers

Perdue parmi la foule
Où le brouhaha refoule
J'erre
Le nez en l'air
Comme à l’envers

J'avance à reculons
Je fuis l'horizon
Tout droit devant
Je prends mon élan
Au gré du vent

D'autres bougonnent
Moi je papillonne
Le sol divague
Alors je zigzague
Sans faire de vague

Y a plus d'instant
Ni de  présent
De quoi a  l'air
Ce monde pas clair
C'est sur il est  à l'envers .

 

Posté par toumoi à 08:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]

23 mars 2015

Défi numéro 141 des Croqueurs de mots : C'est dans les vieux pots

Avec ce nouveau défi que vous pouvez lire là,Enriqueta nous incite à revenir en arrière dans la liste des premiers défis et parmi eux j'ai choisi celui proposé par Jill Bill, ayant pour thème le chocolat.

 

Pensées de chocolat noir

 

Mousse au chocolat de mamie

Mon cœur jamais ne l'oublie

Douceur de nostalgie

 


Complètement à plat

La caresse du chocolat

Toujours me cajolera


Chocolat noir

Véritable assommoir

De mon désespoir


Sans lui je serais quoi ?

En plein désarroi

Perdue en moi

 
Je le prévois

Pour un moment de joie

Sa chaleur il me renvoie

 
Pour un réconfort

Après l'effort

Le 99% au cacao fort.

Posté par toumoi à 08:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]

12 janvier 2015

Défi numéro 136 des Croqueurs de mots : Vêtements and co

Ce nouveau défi est lancé par Enriqueta, je vous invite à allez sur son blog pour le lire : Vêtements and co

 

C'est un petit pull de Bébé

Avec au jacquard un B et un B

C'est une longue robe noire

Sans fioritures dérisoires

C'est un manteau de fourrure

Désuet et aux animaux une injure

C'est un fuseau de ski

On peut le dire carrément riquiqui

C'est un tablier d’écolière

Qui ne date pas d'hier

Ce sont des souvenirs de famille

Des instants partagés qui fourmillent

Quand ça nous prend on les fait revivre

Ils sortent de ce grenier et nous enivrent.

Posté par toumoi à 08:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 octobre 2014

Jeudi en poésie

Une gentille cabane au plus profond des bois

Y habitait avec sept nains la princesse aux petits pois

Un matin, elle mit son rouge chaperon

Une galette et un petit pot de beurre dans un panier rond

Enfila ses sabots antidérapants

Pour visiter sa mère-grand

Elle rencontra les 3 petits cochons

Trois capitaines et Cendrillon

A une lieue de sa mamie

Elle se sentit suivie

La où le chemin se rétrécit

Nez à nez avec le loup elle se vit

L'un contre l'autre ses sabots

Elle les frappa avec un  tempo

Si rapide qu'un se fendit

Et émit un strident cri

Le loup eut si peur

Qu'il partit à toute vapeur

Ses deux pieds elle mit

Dans son sabot désuni

Et forcément elle chuta

Bien plus qu'elle n’avança...


D'où le célèbre proverbe :

Ne pas mettre les deux pieds dans le même sabot !

 

Posté par toumoi à 08:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]

20 octobre 2014

Défi des Croqueurs de mots numéro 132- Expliquez à votre sauce l'origine d'une expression connue

Ce défi des Croqueurs de mots   est proposé par Dimdamdom

Mon arrière-arrière-grand-mère fut placée très tôt comme domestique dans un château.
Et ce qui devait arriver arriva . Le seigneur des lieux tomba follement amoureux de sa jeunesse. Comprenant qu'elle attendait un enfant de lui et puisqu'il tenait à elle comme à la prunelle de ses yeux, il l'installa dans la petite maison dans la prairie.
Quand le miroir se mit à répéter comme un perroquet à sa femme  : L'amour est dans le pré ! celle-ci soupçonna l'infidélité de son époux.
Aussitôt, elle mandat ses manants de mener pour elle une enquête de la plus haute importance.
Ils firent une constatation troublante.
D'un coté une femme épanouie,vivant d'amour et d'eau fraîche, chantant L'amour est un bouquet de violette entre deux visites de son amant et père de ses enfants.
Et de l'autre coté dans sa luxueuse forteresse une espèce de Cruella aigrie gaspillant l'argent avec aisance , insatiable et jalouse de tout ce qu'elle n'avait pas encore.
Et c'est ainsi qu'ils propagèrent la nouvelle dans tout le royaume :
Oyez oyez Braves gens ! Damoiselles et Damoiseaux : L'argent ne fait pas le bonheur !

 

Posté par toumoi à 08:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]