Art du Contretemps

04 décembre 2017

Les vies de papier de Rabih Alameddine

page 20: "Je ne suis pas certaine que la découverte de l'amour soit nécessairement plus exquise que la découverte de la poésie, ni plus sensuelle, d'ailleurs."

Posté par toumoi à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 novembre 2017

Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Pages 258 et 259 : "Je repensai au nôtre, de porte-bonheur, et le cherchai des yeux pour voir comment il allait. Le petit pin cembro était encore là, maigrelet et vrillé comme quand je l'avais transplanté, mais vivant.Il allait déjà au-devant de son septième hiver. Lui aussi ondoyait dans le vent, mais il n'inspirait ni la paix ni l'harmonie, plutôt la ténacité. L'attachement à la vie. Je pensai que si ça n'était pas des vertus au Népal, c'en était peut être dans les Alpes."

Posté par toumoi à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2017

Une fois dans ma vie de Gilles Legardinier

"Eugénie sourit et prend brutalement conscience d'une évidence qui lui a échappé jusque-là : le savoir n'est pas le moteur du monde, ce sont les sentiments qui dictent nos vies." page 64

Posté par toumoi à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2017

Les simples prétextes du bonheur de Nahal Tajadod

Page 191 :"-Nous avons en persan un terme qui signifie "thérapie par la poésie". Alors, ferme les yeux, interroge le poète et ouvre au hasard ce recueil.Je suis sure que tu trouveras ta réponse."

Posté par toumoi à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2017

La tentation d'être heureux de Lorenzo Marone

Page 80:

"En tout cas, cette histoire m'a appris quelque chose: les gens renfrognés, acariâtres et méfiants ne sont pas vraiment méchants; mais à la différence des autres ils n'ont pas été capables de supporter cette vérité: le monde n'est pas un endroit pour les gentils."

Page 189:  "Il faut apprendre très tôt à observer la vie des autres, pour éviter de se plaindre sans raison de la sienne."

P1030754

Posté par toumoi à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 octobre 2017

Il est temps de suivre un régime et d'apprendre à voler de Michelle Ballanger (roman)

aaaaaaaaa

Page 27 et 28 : « – Le regard a-t-il quelque chose à voir avec le poids? – Bien sûr. C’est la même chose. Le regard que tu poses sur toi-même fait bouger la balance. Te rend lourd, pesant ou au contraire léger comme un oiseau, presque sans poids. Je le vois bien. Un homme, une femme, avant de monter sur ma balance, a une idée de lui-même qui le rend souriant ou pas. Et puis, il lit le nombre qui apparaît sur le cadran et là, le regard peut changer, devenir un bonheur, un souffle de joie et il ou elle repart avec bien moins de poids que de kilos. Ou au contraire il ou elle repart en laissant de profondes empreintes dans le sol. Pourtant rien n’a changé entre avant et après. Sauf le regard qu’ils portent sur eux-mêmes. Les gens se jugent, se condamnent ou s’acquittent, se félicitent ou se torturent. »

Posté par toumoi à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2017

Dans le roman : Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos

A la page 36  "Quand nous enterrons les moments de bonheur, nous renonçons au meilleur de nous-mêmes. Il y a beaucoup de choses qu’on peut jeter par-dessus bord, mais pas ces moments-là." et plus loin page 74 : " Tout être humain est poète par nature. Le problème, c'est que la plupart des gens l'ont oublié."

Posté par toumoi à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2017

Dans le roman Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse

Page 186, ligne numéro 10 :

"Vivre avec toi c'est vivre d'autres vies."

Et page 150, ligne 22 :

"C'est un long travail avant d'arriver à trouver les vêtements qui vont correspondre au corps qui nous a été donné, avec son grain de peau, sa silhouette. On pense que le style est inné alors que cela met bien souvent des années avant de trouver la coupe, la couleur qui vous sied vraiment, les matières parfaites."

Posté par toumoi à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2015

Défi burlesque

Pour ce nouveau défi numéro 149  des Croqueurs de Mots,  Lilousoleil nous propose de  concocter un texte de notre choix avec les mots suivants :

1. un nom d’oiseau : mésange
2. un nom de président de la Vème république : Pompidou
3. une position du kama-sutra : Andromaque au galop, la pieuvre
4. une injure : salaud
5. le nom latin d’une plante : Aloysia triphylla, citriodora
6. l’intitulé en italien d’une recette de pâtes : pâtes à la carbonara
7. un Etat parmi les cinquante que comptent les Etats-Unis : Louisiane
8. un titre de roman d’Agatha Christie : l’homme au complet marron
9. un instrument de musique : trompette
10.  prénoms démodés : Eulalie et Clitandre

* * * * * * * *


Un reportage sur ces femmes qui écrivent à des prisonniers lui mit la puce à l'oreille.

Pourquoi pas moi ? pensa-t-elle. Je suis un peu comme eux, cloîtrée entre 4 murs. Clouée sur mon lit sans pouvoir bouger pour un temps indéfini, j'en suis arrivée à envier la mésange qui virevolte sur le rebord de ma fenêtre.

Alors, au fil des jours, cette idée devint une obsession.

Elle pesa le pour et le contre et le pour l'emporta haut la main. Elle se choisit Louisiane comme pseudo sur le site.

Dès son inscription ,elle reçu une réponse intitulée Premier mail et dans celui ci elle put lire : Ceci est le premier mail que je vous écris.

Elle trouva ça étrange et ne répondit pas. Cela ne l’empêcha pas de recevoir un jour plus tard un mail intitulé deuxième mail. Elle s'attendait à lire : Ceci est le deuxième mail que je vous écris mais non ! Son correspondant lui écrivait qu'il adorait manger des pâtes à la carbonara en écoutant un cd de trompette. Super ! se dit-elle en voilà de l'originalité mais dans  le troisième mail  avec évidemment, pour entête troisième mail, la question : Veux tu faire Andromaque au galop, la pieuvre avec moi ? la découragea. Elle n'avait que faire d'un salaud qui passait aussi rapidement du vous au tu.

Elle reçut alors un courriel d'un autre incarcéré qui voulait qu'elle l'appelle L'homme au complet marron .

Ca parait assez loufoque mais ça doit être de l'humour. Pensa-t-elle.

Et de fil en aiguille , de mail en mail , elle le trouva chaque jour plus passionnant. Il avait la faculté de s'évader de son univers carcéral par l'imagination. Ensemble ils essayèrent la télépathie mais elle n'était pas aussi douée que lui. Les mois passèrent. Petit à petit l'amour s'installa entre eux .

A force de chercher sur le net, elle lut qu'un certain professeur Pompidou qui travaillait sur l'Aloysia triphylla citriodora avait réussi à extraire un principe actif qui avait le pouvoir, de vous téléporter instantanément pour 2 heures dans un endroit voulu. C'était exactement ce qu'il lui fallait.

Elle commanda un bon stock de ces gélules miraculeuses et cela marcha si bien que 9 mois plus tard elle mit au monde Eulalie et Clitandre. Elle n'osa pas donner de gélules à ses jumeaux alors ils ne rencontrèrent leur père que 21 ans plus tard à sa sortie de prison.

Enfin libre, ne sachant que faire, l'ex prisonnier voua un culte à l'Aloysia triphylla citriodora qu'il planta partout et boutura encore et encore. Ne sachant qu'en faire, il la vendit sous forme de tisanes.

Mais comme il en avait beaucoup trop, il devint l'unique fournisseur d'Aloysia triphylla citriodora pour les gélules de téléportation et aussi l'associé de Pompidou. Ensemble, ils découvrirent bien d'autres vertues insoupçonnées mais encore secrètes  à cette plante pourtant si commune. Pensez y quand vous buvez  une tasse de verveine citronnée et surtout n'en abusez pas. On ne sait jamais ce qui pourrait vous arriver !

Posté par toumoi à 08:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

26 août 2015

Haïkus - photos de chats -

P1010840Visiteur du soir
Se laisse enfin toucher
Chat-blanc surnommé.

P1010879Dès potron-minet
Squatteur de chaise longue
Le chat gris souris

P1010874Oh mon Tarzinou
Ton beau sourire tu sais
Câline mon cœur .

Posté par toumoi à 09:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]